L’élevage fabrique les pandémies

Continuer à élever des animaux comme on le fait aujourd’hui équivaut à un suicide collectif, s’insurge dans cette tribune l’écrivain Jonathan Safran Foer. C’est maintenant qu’il faut agir, au risque de voir éclater une crise infiniment plus grave que celle du Covid-19.

Il peut paraître malvenu, ou simplement impossible, de se concentrer sur autre chose que l’épreuve que nous traversons actuellement. Et puisque tirer les leçons de cette crise ne changera rien à nos souffrances actuelles, il est tentant de les reporter à plus tard. Mais c’est justement parce que nous sommes dans une situation de vulnérabilité douloureuse que certaines discussions ne peuvent pas attendre.

Imaginez : alors que votre pays pratique la distanciation sociale, le pays voisin réagit au Covid-19 en entassant ses citoyens dans des gymnases par dizaines de milliers. Imaginez que le gouvernement voisin les bourre de médicaments et pratique des modifications génétiques pour permettre à ses citoyens de maintenir leur productivité malgré ces conditions déplorables, même si cela a pour effet secondaire de bousiller leur système immunitaire. Et pour compléter cette vision dystopique, vos voisins divisent par dix le nombre de leurs médecins. De telles mesures feraient radicalement augmenter le taux de mortalité non seulement dans leur pays, mais aussi dans le vôtre. Les agents pathogènes ne respectent pas les frontières nationales. Ils ne sont ni espagnols ni chinois. Les agents pathogènes ne respectent pas non plus la barrière des espèces. Le virus de la grippe et les coronavirus se déplacent sans problème entre les populations humaines et animales, tout comme ils passent facilement d’un pays à un autre. En matière de pandémies, il n’y a pas différence entre la santé animale et la santé humaine – pas plus qu’il n’y en a entre la santé coréenne et française. La distanciation sociale ne fonctionne que si tout le monde la pratique, et ce “tout le monde” inclut les animaux.

La viande que nous mangeons aujourd’hui provient en grande majorité d’animaux au patrimoine génétique uniforme, qui sont immunodéprimés et régulièrement placés sous traitement médicamenteux. Ils s’entassent par dizaines de milliers dans des bâtiments ou empilés dans des cages – même si l’étiquette de la viande prétend le contraire.Nous ne savons pas encore tout de l’histoire de l’apparition du Sars-CoV-2, cette souche particulière de coronavirus qui nous menace aujourd’hui. Mais si l’on considère les récentes menaces de pandémie de grippe à virus tels que le H1N1 (grippe porcine) ou le H5N1 (grippe aviaire), il n’y a aucune ambiguïté : ces virus se sont développés dans des élevages industriels de poulets et de porcs. Les analyses génétiques ont montré que des constituants essentiels du H1N1 sont issus d’un virus circulant dans les élevages de porcs d’Amérique du Nord. Mais ce sont les exploitations avicoles qui sont apparemment les meilleurs laboratoires de création de virus.C’est dans les élevages industriels de poulets que nous avons le plus souvent trouvé des virus ayant muté et étant passé des animaux aux humains (ce que les scientifiques appellent une “cassure antigénique”). Ce sont ces « nouveaux » virus que notre système immunitaire ne connaît pas et qui peuvent s’avérer les plus mortels.

Sur les 16 souches de nouveaux virus de la grippe actuellement identifiées par le CDC comme « préoccupantes », dont le H5N1, 11 proviennent de virus de type H5 ou H7. En 2018, un groupe de scientifiques a analysé les 39 changements antigéniques, également appelés « événements de conversion », dont on sait qu’ils ont joué un rôle clé dans l’émergence de ces souches particulièrement dangereuses. Leurs résultats prouvent que « tous ces événements, sauf deux, ont été signalés dans les systèmes de production commerciale de volaille ».

Imaginez si nos chefs militaires nous disaient que presque tous les terroristes de mémoire récente ont passé du temps dans le même camp d’entraînement, mais qu’aucun politicien ne demande une enquête sur ce camp. Imaginez si nous savions que ces terroristes développent des armes plus destructrices que toutes celles qui ont été utilisées ou testées dans l’histoire de l’humanité. Telle est notre situation en matière de pandémies et d’agriculture.

Le CDC des États-Unis est l’abréviation d’une agence dont le nom est en fait le Centre de contrôle et de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention). Nous abandonnons la prévention de l’acronyme, qui est assez innocent. Mais nous avons également tendance à abandonner les discussions sérieuses sur la prévention au profit de tactiques de réponse une fois que les pandémies ont frappé. C’est compréhensible, surtout en pleine pandémie, mais c’est imprudemment dangereux. Nous sommes préoccupés par la production de masques faciaux, mais nous semblons peu préoccupés par les exploitations agricoles qui produisent des pandémies. Le monde brûle et nous nous efforçons d’obtenir davantage d’extincteurs alors que l’essence s’infiltre dans le briquet à nos pieds.

Pour réduire le risque de pandémie pour nous-mêmes, notre regard doit se tourner vers la santé des animaux. Dans le cas des populations animales sauvages, comme les chauves-souris dont les scientifiques ont émis l’hypothèse d’un point d’origine probable pour le Covid-19, la meilleure solution semble être de limiter et de réguler les interactions avec l’homme. Beaucoup a été écrit à juste titre à ce sujet et, lentement et inégalement, les politiques semblent aller dans la bonne direction. Lorsqu’il a été établi qu’un certain nombre de personnes ont contracté le virus après avoir visité un marché aux puces de Wuhan, où le virus a probablement été transmis à l’homme par des chauves-souris via un hôte intermédiaire, la Chine a fermé 19 000 exploitations d’élevage d’animaux sauvages et a interdit la viande d’animaux sauvages dans les marchés aux puces.

Dans le cas des animaux d’élevage, cependant, le manque de compréhension du public a permis à des sociétés sans scrupules de faire évoluer la politique dans la mauvaise direction. Partout dans le monde, les entreprises ont réussi à créer des politiques qui utilisent les ressources publiques pour promouvoir l’agriculture industrielle. Une étude suggère que le public fournit un million de dollars par minute en subventions agricoles mondiales, utilisées en grande majorité pour soutenir et développer le modèle actuel, qui est en panne. Ce même million de dollars par minute qui promeut l’agriculture industrielle augmente également le risque de pandémie.

Aux États-Unis, le taux de mortalité pour le Covid-19 a été inférieur à 2 %, mais s’il s’était agi, par exemple, du H5N1, le taux de mortalité serait bien plus élevé – le CDC fait état d’un taux de mortalité de 60 %. Après un pic de décès dus au H5N1 en 2017, la propagation du virus s’est ralentie pour des raisons qui restent obscures. Devrions-nous être soulagés ? a souligné Nancy Cox, qui a dirigé les opérations du CDC sur la grippe pendant plus de deux décennies : « Nous ne savons pas comment l’histoire va se terminer. » Le fait que le H5N1 n’ait pas atteint les proportions d’une pandémie signifie simplement que nous avons un terroriste qui n’est qu’à une petite mutation virale d’obtenir l’équivalent d’un arsenal nucléaire.

Les implications d’un taux de mortalité de 1 à 2 % sont partout autour de nous : la moitié du monde vit sous le régime du « stay-at-home« , les enfants ne vont pas à l’école, les hôpitaux manquent de matériel de survie, nous sommes confrontés à une dépression financière générationnelle, et les services funéraires qui nous permettaient traditionnellement au moins de faire notre deuil ensemble sont (à juste titre) interdits. Pouvons-nous extrapoler les implications d’un taux de mortalité de 60% dans notre imagination ? Ce taux serait 30 fois supérieur à notre situation actuelle. Et si la prochaine pandémie n’épargnait pas les enfants ? Le taux de mortalité des enfants infectés par le H5N1 approche les 50 %. Que ressent-on lorsqu’on imagine une personne que l’on aime lancer une pièce de monnaie pour échapper à une mort horrible ? Essayez d’imaginer que la moitié des personnes que vous connaissez qui ont eu la grippe l’année dernière sont maintenant en train de mourir. Si vous avez des enfants, combien d’entre eux ont eu la grippe l’année dernière ? Forcez-vous à imaginer ces choses puis demandez-vous : combien vaudrait-il la peine de se sacrifier maintenant pour éviter que cela n’arrive ?
L’élevage industriel de porcs et de poulets continue à se développer au Royaume-Uni

Cela conduit à la question la plus pertinente : Que pouvons-nous faire ? Le lien entre l’agriculture industrielle et l’augmentation du risque de pandémie est bien établi scientifiquement, mais la volonté politique de réduire ce risque a fait défaut par le passé. Le moment est venu de renforcer cette volonté. Il est vraiment important que nous en parlions, que nous partagions nos préoccupations avec nos amis, que nous expliquions ces questions à nos enfants, que nous nous interrogions ensemble sur la manière dont nous devrions manger différemment, que nous appelions nos dirigeants politiques et que nous soutenions les organisations de défense qui luttent contre l’agriculture industrielle. Les dirigeants sont à l’écoute. Changer le complexe industriel le plus puissant du monde – la ferme industrielle – ne pourrait pas être facile, mais en ce moment, avec ces enjeux, c’est possible, peut-être pour la première fois de notre vie.

Le fait que nous sachions que notre système alimentaire est en partie responsable peut nous donner du pouvoir. Nous savons comment nous attaquer au plus grand facteur de risque de pandémie. Nous savons comment nous rendre plus sûrs, nous et nos familles. L’incertitude même qui nous trouble nous rappelle aussi que tout peut changer pour le mieux. Heureusement, Covid-19 semble ne s’attaquer que très rarement à nos enfants et, si nous réagissons avec suffisamment de sagesse, ils se souviendront peut-être aussi de cette période si marquée par la mort comme d’un tournant, d’un moment de reconnaissance, d’héroïsme tranquille et, au fil des mois, de renouveau.

  • Jonathan Safran Foer is an author. His most recent book is We Are the Weather: Saving the Planet Begins at Breakfast
  • Aaron S Gross is the founder of Farm Forward and an associate professor at the University of San Diego
Please follow and like us:
error