Le veganisme est passif, identitaire, communautariste, apolitique : il empêche la résistance animaliste de justice d’exister comme un combat universel pour l’abolition de l’esclavage procréatif des zoonimaux.