OPPOSONS NOS MAINS À LA TRAITE CANNIBALE INTERNATIONALE !

Lève-toi contre l’élevage, cette traite cannibale mondiale !


L’élevage est le père et le pire de tous les esclavages. Cette activité criminelle victimise 99,9 % des zoopprimés. La lutte animaliste -preuve qu’elle n’existe pas encore- devrait donc obligatoirement se superposer à la lutte contre le mal nommé « élevage« 
. La culture mizoone s’exécute dans l’élevage qui fait génocide normalisé. Méthodique, industriel, prémédité, cyclisé: un holocauste mondial pérennisé par le crime nataliste. Le mâle sapiens colonisateur du Corps Femelle procède à un extractivisme de nos chairs sensibles, faisant dans son exploitation une usine à corps-usines, faisant dans son exploitation une extermination cyclique par forçages d’enfantements. L’exploitant est exploiteur qui fait de l’enfantement une production… Les coupables sont ces hommes qui en tirent pouvoir symbolique et profit d’argent, chaque éleveur est un criminel. Chaque encageur est un geôlier. Sexeur, Violeur ou Boucher ne sauraient non plus être des métiers.

L’immoral élevage industriel s’adosse historiquement et éthiquement sur l’élevage de papa qui n’a jamais été gentil. La bucolique est une propagande du berger qui cache son bâton. Le pastoralisme est une violence. Les pâturées sont assassinées. Intensif ou extensif, toujours captifs appropriés. Le bétail n’est pas un détail de l’Histoire. Les bêtes sont toutes sauvages avant d’être en servage des tyrans de l’espèce sapiens. La domestication est mâlefaisance. L’élevage étant un esclavage il ne peut se réformer, ni aménager ses violences, mais doit s’abolir. Interdire le meurtre, le viol, la torture , accabler leurs préméditations: voilà ce qu’exige la résistance animaliste. L’industrialisme n’est pas une faille du système, c’est le système domesticatueur qui est la faille.

Cet esclavage de la procréation se planifie par les filières mafieuses à l’international, par les multinationales telles Nestlé, Cargill, JBS. Des tortures eugénistes, à l’industrialisation des viols jusqu’à la marchandisation du charnier morcelé, les persécutions du peuple zoophagisé ne connaissent pas les frontières. Abolir l’élevage est une justice qui dépasse les logiques étatiques. La résistance animaliste sera donc obligatoirement internationaliste. Les gouvernements passent, les multinationales restent et imposent leurs lois aux États nations… Il s’agit du plus important combat des terriennes contre la civilisation animale cannibale. Cette lutte n’a pas d’autre adresse que l’Éthique car les instances supranationales comme la Cours Pénale sont aux mains de psychopathes ordinaires qui orchestrent actuellement la traite des esclaves de chair. Les décideurs n’ont pas la compétence de ressentir l’empathie, ils sont donc dangereux et doivent être destitués. Le focus argumentaire qui répète que les autres animaux sont des êtres sensibles -comme postulat rationnel à leur affranchissement- existe pour camoufler que les zooppresseurs ne possèdent précisément pas cette sensibilité. L’inversion projective est à son comble quand les effrayants agitent un doute par faits de débats et quand ces mêmes locuteurs n’ont pas les qualités qu’ils dénient aux victimes L’exceptionnalisme de l’humanimâle c’est son phallocentrisme. Les PDG ne sont pas aptes aux émotions, ce qui explique leurs politiques nécrophages et une incompétence absolue dans la gestion de l’écocide en cours. La science doit reconnaître que la planète androcrate érige mécaniquement au pouvoir ceux qui ne sont pas « doués de sensibilité » . Mark Schneider, PDG de Nestlé, ne sait pas qu’une vache existe. Il faut vite neutraliser cet homme et l’empêcher de nuire. A l’heure où les maladies débordent des camps infectieux, la lutte pour l’abolition de l’élevage rejoint la prévention contre le suicide d’une civilisation. A force d’entasser des suffocantes, l’humanimal s’étouffe à l’hôpital. L’élevage c’est viral , la prolificité concentrationnaire contagionne obligatoirement les kapos que nous sommes. Quiconque ne ressent plus l’altérité doit être écarté rapidement de tout pouvoir. Le sexage eugéniste des futures martyres circule dans tous les laboratoires spécistes du Monde en même temps qu’une femelle accouche à chaque seconde dans le couloir d’un camp de meurtres. Que le zoocide alimentueur s’arrête, car nos alter ego ne sont pas nourriture. Il faut démanteler les trusts fascistes tant dans leurs structures verticales d’acteurs profiteurs du zoolocauste que dans leurs structures horizontales géopolitiques cooptatives. La FAO faillit à sa mission car l’élevage affame le monde, l’OMS faillit à sa mission car les pandémies sont des zoonoses intrinsèques au crime domesticateur et la zoophagie empoisonne. L’ONU, larbin des multinationales, est le problème, pas la solution… Aucune institution en place n’intègre dans son champ de considération les autres animaux qu’eux- même. Aussi l’espoir est insurrectionnel, car les commanditaires du crime n’abolissent jamais le crime. La résistance femelliste si elle veut parvenir doit être plus qu’un lobby, dépasser le calendrier réactif, elle doit affronter la physicalité du mal, incarner ses énoncés …


Lève-toi contre l’élevage !

Que nos mains se dressent pour les milliards de pattes arrachées ! Que nos doigts pointent les ennemis de la dignité animale ! Que nos bras protègent les femelles violhantées ! Que nos poings s’opposent aux éleveurs de douleur ! Que nos poignets ouvrent les fermes ! Que nos gestes repoussent les violants ! Que nos écritures nomment les tortures ! Que nos corps s’opposent aux zooppresseurs ! Hands to end husbandry NOW ! Les crimes sexopédospécistes doivent cesser ! L’éleveur doit être empêché d’enlever les enfants et de se substituer aux taureaux, cochons, coqs, canards, lapins, carpes…Ni dieux, ni maîtres, ni patrons, ni maris ! Femellistes tant qu’il le faudra ! Nos mains ne cesseront plus jamais d’être banderoles jusqu’à l’abolition universelle de l’élevage ! Nos pouces ouvrent déjà les loquets délivrant les prizooniers politiques ! La résistance des femelles contre l’androspécisme est en cours ! Mizoogynie partout, justice nulle part : soyons les gifles du gynolocauste ! Que nos sabots sabotent les camps de concentration ! Que nos griffes arrachent les grillages ! Que nos ergots croche-pattent la dicktature. Que nos palmes nagent hors des piscicultures !

Que nos bras soient des ailes !

Soyons les mains de demain !

Maintenant !

Solveig Halloin, 6 novembre 2020

Please follow and like us:
error