LES FEMELLES, USINES PROCRÉATIVES DES ÉLEVEURS…

LES FEMELLES, USINES PROCRÉATIVES DES ÉLEVEURS…

L’élevage a transformé les femelles en machines à procréer. Des usines à bébés, des usines à futures esclaves à leurs tours.Pour le stopper, il est impératif de s’attaquer à sa source ! Faire constamment naître est LA SOURCE de l’élevage. Le point de départ est la NAISSANCE d’individu·es par milliards, pour l’écrasante majorité, issue de viols appelés inséminations artificielles (IA) dans le jargon esclavagiste.L’IA est indispensable à l’élevage car elle permet d’industrialiser et d’organiser l’holocauste : mettre enceintes beaucoup de femelles en même temps pour conduire l’élevage en bandes (groupes d’individu·es du même âge). Indispensable à l’élevage également, les hormones provenant du sang de juments enceintes [1] permettant de déclencher les chaleurs des femelles, pour ensuite effectuer les viols inséminateurs…

Dans l’esclavage bovin français, 75% des élevages « laitiers » et 15% des élevages « allaitants » ont recours au viol (IA) [2]. Dans ces cas, il faut 1 MÂLE POUR 500 FEMELLES !UNE SEULE éjaculation forcée d’un taureau est fractionnée en 500 paillettes environ [3], pouvant aller jusqu’à 1000 paillettes pour les taureaux Montbéliards et Prim’Holstein [4].

Donc, 1 taureau pour 500 vaches.

Les semences peuvent être sexées, c’est à dire que les spermatozoïdes femelles et mâles sont triés et séparés, permettant à l’asservisseur de choisir à l’avance le sexe de l’individu·e qu’il persécutera [5,6,7]. En général, dans les élevages « laitiers », les esclavagistes choisissent des semences sexées femelles pour « renouveler le cheptel », mais il arrive que lorsqu’une vache n’est pas une super machine à lait, ils choisissent la semence sexée mâle d’un taureau de race « à viande », pour envoyer le veau à l’engraissement et en tirer de meilleurs bénéfices, et éviter d’avoir une « mauvaise productrice » au sein du troupeau. Le business pervers est bien réfléchi…

Pour les truies, 98% d’entre elles sont violées par inséminations artificielles forcées [8]. Les éleveurs peuvent donc séquestrer exclusivement des femelles pour faire tourner l’élevage, ou alors détenir quelques mâles pour prendre leur sperme et violer toutes les truies avec, ce qui réduit les coûts de l’élevage et rend les esclavagistes plus autonomes.

Pour les poules, les esclavagistes préfèrent également le viol par insémination artificielle ce qui permet de réduire le nombre des coqs : 2 à 4 coqs pour 100 poules au lieu de 8 à 12 en « reproduction naturelle » [9]. Mais la majorité des éleveurs d’oiseaux travaille avec des « accouveurs » qui leur envoient les oisillons à l’âge d’un jour (pour les « poulets de chair »)

L’élevage est le plus gros femellicide mondial. Les femelles sont tuées avant même d’avoir survécu. Tuées par les tortures génétiques de leurs corps difformes et douloureux. Tuées par les viols à répétitions. Tuées par les dizaines d’accouchements. Tuées par tous les enlèvements de leurs bébés, la chair de leur chair. Tuées par l’emprisonnement à perpétuité. Tuées par les coups. Tuées par le couteau qui pénètre à nouveau leur chair lorsque leurs corps épuisés et meurtris n’y arrivent plus. L’usine est épuisée. La mère assassinée.

—➤ Ciblons les camps de viols ! Si on les empêche de les faire naître, ils arrêteront de les tuer.

➤ CIBLONS & AGISSONS ! → Carte de la zoocriminalité : https://www.google.com/maps/d/edit…

➤ VISONS LES HAUTS CRIMINELS → À qui profite le crime ? https://drive.google.com/…/1FXk9JLeUAb1-PbKCuj1…[1] https://www.youtube.com/watch?v=Jf_HN4O8r28[2] https://www.allice.fr/…/les-statistiques-nationales.html[3] http://www.eliacoop.fr/node/752[4] http://www.allice.fr/…/la-mise-en-paillette,-le…[5] https://www.agrihebdo.ch/bovin[6] https://www.evolution-xy.fr/…/technologie…/semence-sexee[7] https://www.elvanovia.fr/…/la-semence-sexee-2809.aspx[8] https://www.ifip.asso.fr/…/pdf…/tp2boulot08.pdf[9] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00895867/document

Alizée Denis, 18 octobre 2020

Please follow and like us:
error