Mantra pour les nuls perdus en véganie

Mantra pour les nuls perdus en véganie:

La passivité tu activeras

Pour un témoin de Jéhovah tu te prendras, dé-convertir Pierre, Paul , Jacques en porte à porte tu pratiqueras

De la compassion stérile tu auras
Herta tu mangeras
La résistance de justice qui endosse les risques tu critiqueras
Pour pécho uniquement tu te gaveras
De « contreproductifs » les gestes justes tu accuseras
De combattre la filière du zoolocauste tu éviteras
Dans la loi nazillarde tu resteras, la répression tu n’assumeras

Avec les tortionnaires tu plaisanteras
Pour l’abolition tu ne lutteras
Des assassinats plus éthiques tu réclameras
La contagion neurasthénique qui vampirise l’indignation le goveganisme propagera
Le statut de victime à un peuple multigénocidé tu usurperas
Dans la mizoonie festive, vegan, tu excelleras
Derrière ton ordi tu resteras, le pied de biche connais pas
Manger n’est pas lutter, l’évidence tu ne comprendras

De ton paraître bienveillant tu t’occuperas mais des victimes surtout pas

Le stade individuel jamais tu ne dépasseras

Les libérer tu ne fais pas alors de futur il n’y aura

L’obsession de la réception tu cultiveras

En faveur des tortionnaires toujours« bienveillance » et « tolérance » tu useras
La panse pleine de houmous , de« végéphobie » tu te plaindras
L’inertie tu aimeras, le dépassement pour la justice détesteras

Les zootres, tu n’évaderas

De faux-mage, tu te régaleras; d’exécutions ils régaleront

Du nouveau magnum tu t’empiffreras, le pistolet perforant leur crâne perdurera

Dans le quant à toi tu te pâmeras, les animaux tu oublieras

Pour la nouvelle glace végane, tu trépigneras: le cochon attendra

A l’efficacité d’une lutte collective politique tu ne comprendras

La zooppression collective institutionnelle planétaire ne peut avoir de réponse individuelle, jamais tu ne l’entendras…

De plaire aux tortionnaires tu te préoccuperas

Abandonner les victimes au choix alimentaire tu pratiqueras

Au veggie world tu iras mais jamais pour l’abolition tu ne lutteras

La colle de poisson dans tes chaussures t’obsèdera mais exfiltrer les saumons vivants des camps tu n’y penseras

Les libérations tu condamneras

Éclairé tu te croiras, mais de contrevérités le raisonnement tu obscurciras

Les martyres en prison tu abandonneras

Ce que mange les victimes d’engraissement tu t’en foutras

Ton nombril au lait d’amande tu lustreras

De politiser un combat collectif d’abolition tu empêcheras

Les femmes tu évinceras, leur travail tu spolieras, la place tu prendras, de vide tu rempliras

Cause et conséquence tu inverseras

La propagande zoophage tu invisibiliseras

Lutter contre la culture zoophage et le gogovegaganisme tu confondras

Dans les camps tu n’iras pas

Le communautarisme identitaire tu adoreras

Les conditions matérielles d’oppression des milliards de victimes tu t’en balanceras le steak au soja

Les zoonimaux tu oublieras

Le govéganisme tu prôneras , approcher les cages tu éviteras

L’adversité inéluctable au combat de guerre tu refuseras

Pendant que de soja tu te gaveras la liberté attendra

Délivrer les zootres ce sera sans toi

Des vidéos tu partageras mais endosser les gestes de justice tu oublieras

« sauver des vies en mangeant des nuggets végé » tu prôneras

En militantisme vertueux les collectifs de boulimiques anonymes tu camoufleras

De l’exploitation tu t’insurgeras mais les libérations « extrême« n’est-ce pas ?

L’assiette comme cache zoolocauste tu utiliseras

De ton assiette ton combat tu feras

Le totalitarisme libéral individualisant tu cuisineras

L’indulgence et la compassion envers les bourreaux tu auras

Des piques-niques territoire de chasse des niqueurs tu organiseras

Les manger tu arrêteras et uniquement là ça s’arrêtera

« La demande fait l’offre » sera ton mantra, tu mentiras, l’inverse t’échappera

Le néospécisme tu créeras

La racine androcrate de l’élevage jamais tu ne prononceras

La gamme vegan des multinationales du zoolocauste tu encenseras

Des veg’events tu organiseras

Leur liberté tu refuseras

Les plaisirs gustatifs végétaux ne seront que pour toi, de la merde littéralement l’ esclave mangera

Pendant que dans son sang l’ esclave patauge, sur Twitter la recette du cake à l’ananas tu traîneras

L’ampleur de ta vison politique a la taille de ton estomac, au combat de civilisation tu n’accèderas

Tenir des pancartes tu feras mais ouvrir les camps tu refuseras, pire, tu condamneras celleux qui le font sans toi

De promouvoir la passivité niaise comme agissante, coupable tu seras

La nouvelle glace vegan tu attendras

Aux zoocriminels ton argent tu donneras

Filmer l’agonie te suffiras

Le buycott comme unique stratégie tu auras

Devant des vidéos tu pleureras, mais tu ne libèreras

De promouvoir l’inertie face à l’injustice, coupable tu seras

Avec les autres néofascistes libéraux qui brandissent le choix d’être mutilé,voilé,violé,tu copineras

La conscience animaliste tu brouilleras

D’un holocauste, un choix personnel tu feras.

En t’identifiant « vegan » , la zoophagie tu autoriseras

Que « vegan » a un impact tu croiras

Ton veganisme l’effroi zoophage euphémisera

Tu manges, Treblinka attendra

Écriture collective de Zoé Samcro, Solveig Halloin, Pomme Hubert, Gérald Feirrera, Nathalie Boulogne, Barbara Pélissié, Mia Animaliste, 28 août 2020

Mantra pour les nuls perdus en veganie
Please follow and like us:
error